Promenons-nous tant que la mort n’y est pas

[…]parce que les recueils de nouvelles, si on ne s’appelle pas Stephen King, ça ne se vend pas.   

AUTEUR : Mélanie DESFORGES

GENRE : Horreur / Fantastique

4eme DE COUVERTURE :

Franck en sa claque du monde littéraire. Il n’a qu’une envie: Jeter sa plume d’écrivain et en finir avec tout ça. C’est sans compter sur son éditeur qui lui impose un dernier ouvrage.

C’est donc décidé, Franck écrira un recueil de nouvelles. Six nouvelles d’horreur. Six nouvelles inspirées par ses propres démons et à l’issue de tout ça, il y aura le feu d’artifice. Le grand final.

POURQUOI CE LIVRE ?

J’ai reçu ce livre dans le cadre d’un service presse sur le site SimplementPro. Merci à l’autrice Mélanie Desforges pour cet envoi.

MON AVIS

Ce livre est un recueil de nouvelles mais il est aussi un livre dans le livre. On suit Franck, auteur de romans policiers qui n’arrive plus à écrire. Il veut raccrocher mais son agent le persuade de tirer sa révérence avec un dernier roman. Franck décide d’écrire alors un recueil de nouvelles d’horreur. Les nouvelles qui suivent sont donc l’oeuvre de Franck et entre chaque nouvelle, on retrouve le personnage et ses sentiments lorsqu’il écrit enfin ce qui veut.

Le suicide : L’histoire d’un homme qui sombre peu à peu dans la folie. Au départ, le personnage a seulement des TOCs mais son état empire jusqu’au point de non-retour. J’ai beaucoup aimé la façon dont ces TOCs étaient dépeints par l’autrice. Très réaliste.  Le rythme est soutenu et vif. L’histoire est raconté à la première personne et cela renforce le côté immersif  du texte. Le style m’a beaucoup fait pensé à certaines nouvelles de Stephen King. 

La faim : Encore une fois, une histoire racontée à la première personne. Le narrateur nous détaille sa vie après une attaque de zombies et ses problèmes d’approvisionnement de nourriture. Cette nouvelle est ma préférée. Encore une fois, l’écriture est très immersive et j’ai adoré le twist de fin. Cela donne un tout autre sens de lecture à la nouvelle. L’idée est génial.

Avec toi, je suis plus seule : Raconté à la troisième personne, cette nouvelle nous plonge dans le quotidien d’Eve, jeune lycéenne. Un événement va bouleverser son train train tranquille et la confronter à son passée. Flippant à souhaits.

La couleur du passé : Une vieille bâtisse abandonnée hantée par son passé . Les descriptions de la demeure sont très bien écrites, on voit la bâtisse se dessinait sous nos yeux au fil des mots. Cette nouvelle a un côté très poétique. La nostalgie d’une époque où la bâtisse était habitée transparaît au fil des lignes.

La Mort a de l’humour :  On suit Aaron, médecin au Brésil au bout du rouleau au prise avec un étrange virus. Le contexte actuel rend cette nouvelle encore plus angoissante. Tellement réaliste.

Le Train : Un médecin tente de fuir une zone de guerre où il a été pleinement impliqué dans le massacre d’innocents. Pour cela, il prend un train qui doit le conduire à une nouvelle vie. Je n’en dévoilerai pas plus pour ne pas vous gâcher cette histoire très bien écrite. La fin m’a surprise (dans le bon sens), je ne m’attends pas du tout à cela.

L’autrice via Franck et ses pensées met en œuvre une critique de l’écrivain et l’engrenage dans lequel il peut tomber. S’il écrit pour le plaisir au départ, le succès le pousse à écrire pour l’argent. Il se met la pression et tombe dans une spirale infernale. Avec ce recueil, il écrit pour le plaisir et dans le style qu’il veut.  L’idée des nouvelles dans le roman est intéressante et bien utilisée. 

J’ai beaucoup aimé les références à Stephen King et on retrouve un peu de son style dans les écrits de l’autrice. 

EN BREF

Un très bon recueil de nouvelles. L’autrice a le don de nous happer dans son monde dès les premières lignes. L’art de la nouvelle est amplement maîtrisé. Le style d’écriture est immersif et n’est pas sans rappeler celui de Stephen King. Elle nous surprend avec des intrigues bien construites, des revirements inattendus et des fins imprévisibles.

C’EST UN PEU COMME

Danse Macabre de Stephen King : Un recueil de nouvelles où Stephen King déploie un large panel pour nous faire frissonner. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :