Les ténèbres d’Orcus

…Sentir la mort pour mieux s’en imprégner.

AUTEUR : K.BELLATRIX

GENRE : Polar / Thriller

4eme DE COUVERTURE :

Un village tranquille et isolé du Morvan. Chacun y mène une vie paisible, en apparence.

Mais certains habitants protègent un vieux secret.

Dans la forêt communale, le corps d’un homme décapité est découvert. Sylvain Chevrillon et son adjoint, gendarmes à la section de recherche de Dijon, mènent l’enquête. Chevrillon décide de s’immerger dans la vie des villageois, où chacun garde un œil sur son voisin. Il investit l’univers des chasseurs afin de mieux cerner la personnalité des suspects.

Il découvre un monde à l’opposé de ses principes de vie, inhospitalier, secret, n’acceptant pas l’intrusion de cet enquêteur orgueilleux aux idées préconçues.

POURQUOI CE LIVRE ?

J’ai reçu ce livre dans le cadre d’un service presse qui m’a été proposé par Librinova. Merci à Marie d’avoir pensé à moi pour cette lecture.

MON AVIS

La découverte d’un cadavre dans la forêt de Rillon-en-Montagne amène Sylvain Chevrillon et son adjoint, gendarmes de Dijon à s’immerger dans la vie de ces villageois. Ils vont déterrer malgré eux des secrets bien enfouis et devoir faire avec l’inhospitalité des autochtones pour résoudre ce crime.

Le héros, Sylvain Chevrillon est un peu le super gendarme, imbu de lui-même , misogyne au possible et citadin par excellence. J’ai eu beaucoup de mal à m’attacher à ce personnage qui m’a particulièrement énervant notamment devant son rejet total des campagnards qu’il prend pour des bouseux sans éducation. La raison de ce rejet est expliquée par l’autrice mais pour moi ce point n’était pas nécessaire et n’explique pas tout. Le fait qu’il se fasse malmener dans l’intrigue m’a fait beaucoup sourire. Un juste retour de bâton. Son collègue a attiré plus ma sympathie.

Pourtant, ce point ne m’a pas empêché d’aimer ce livre. Cela a été une agréable découverte. L’autrice sait manier les mots et nous offre de magnifiques tournures de phrases, très imagées.

J’ai eu un moment peur que l’autrice abuse via les dialogues de tic de langage renforçant le côté « bouseux » et « arriérés » des chasseurs mais nullement. Tout est bien dosé. Le style de l’autrice est vif, direct. Les descriptions du cadavre sont sans filtre. Au fil des mots, elle arrive à créer une atmosphère malaisante. On ressent presque l’humidité qui règne dans ce village en lisant ce livre. 

L’intrigue est bien construite et toutes les pièces du puzzle qu’elle a construit s’emboîtent sans problème. L’autrice alterne les points de vue et nous permet de voir l’histoire à travers les yeux du tueur. Ceci pique encore plus notre curiosité quand on essaie en vain de deviner qui est le tueur. On se met à la place de l’enquêteur et même si on devine quelques réponses, nous n’avons pas toutes les clés en main.

EN BREF

Une bonne découverte. Une intrigue originale. Une atmosphère sombre.

Vous pouvez le retrouver ici : Leslibraires ; Eyrolles ; Bookeenstore

C’EST UN PEU COMME

Surface d’Olivier Norek: Noémie, déterre les secrets d’un village enfoui sous un lac.

Un commentaire sur “Les ténèbres d’Orcus

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :