Le dernier souffle

Tu dois les garder près de nous. Ne le laisse pas nous les prendre

AUTEUR : Mélanie DESFORGES

GENRE : Fantastique / Science-Fiction

4eme DE COUVERTURE :

Un tremblement de terre et la vie de Chris aura basculé. Jusqu’alors, elle n’avait été qu’une mère de famille sans histoire, mais désormais, elle devra se battre chaque jour pour protéger ses enfants du monde extérieur.

La nature qui se déchaine. Le monde qui s’effondre. La maladie qui s’invite dans les foyers. Ce brouillard et cet hiver qui n’en finissent plus. Et surtout, les « autres », ceux qui ne sont plus vraiment humains.

L’avenir est incertain mais jusqu’au dernier souffle, Chris ne baissera pas les bras.

Inspire. Un. Deux. Trois. Expire.

POURQUOI CE LIVRE ?

Après avoir adoré la lecture de son recueil de nouvelles « Promenons-nous tant que la mort n’y est pas’‘, je n’ai pas hésité longtemps avant de lire ce roman.

MON AVIS

Chris est une mère au foyer, deux enfants adorables et un mari détestable. Son petit train-train quotidien va être bouleversé par un tremblement de terre. Les éléments se déchaînent. La nature reprend ses droits. 

Petit à petit , le monde que l’on connaît disparaît et laisse place à un hiver sans fin.  Chris va alors se battre pour sauver ses enfants même si pour cela elle doit aller au bout de ses limites.

L’effondrement du monde nous est narré avec un réalisme effrayant surtout en cette période incertaine qu’est l’année 2020. Des tremblements de terre à répétition et le réveil des volcans ont plongé dans le chaos la France que l’on connaît. L’autrice amène avec brio les éléments annonciateurs de ce chaos et le déchaînement de la nature se fait crescendo. On suit petit à petit les différents bouleversements de notre pays mais uniquement à travers les yeux de Chris. Comme elle, on découvre ce nouveau monde qu’elle va devoir apprivoiser si elle veut offrir un avenir à ses enfants.

Le personnage de Chris est très travaillé. L’autrice a très bien retranscrit l’attitude d’une mère protégeant ses enfants mais aussi celui d’une femme battue qui doit lutter pour affronter la réalité et ses peurs. J’ai beaucoup aimé ce personnage me sentant proche d’elle en tant que mère mais lui râlant également dessus quand elle se laissait faire face à son mari. D’ailleurs, le seul “point négatif” dans ce roman est que le démarrage m’a paru un peu lent. En effet, une fois les événements catastrophiques passés, Chris reste dans son quotidien , ignore la réalité. Aussi, il est vrai que j’aurai aimé qu’elle se bouge les fesses un peu plus rapidement et qu’elle fasse preuve de plus d’initiative au début du roman. Cependant, tout cela s’explique par la psychologie du personnage et son passé. Ce passage a toute sa place dans le roman et permet à Chris d’évoluer à son rythme. Je pense que l’effet était voulu par l’autrice. En résonance avec notre propre réflexion, Chris entend une voix dans sa tête qui la conseille et l’aide également à affronter ses événements. Quand pendant ma lecture, j’étais en train de me dire “ faudrait peut-être qu’elle se bouge là” comme un écho la petite voix dans sa tête faisait de même. J’ai trouvé cela très bien fait. Au travers de cette dystopie, l’autrice nous offre surtout le récit d’une femme qui reprend sa vie en main et repousse ses limites.

Raphaël , son mari est détestable au possible et on n’attend qu’une chose que Chris le quitte ou qu’un événement face qu’il disparaisse de l’équation. 

L’intrigue est très bien bâtie, l’autrice nous distille au fur et à mesure des réponses à nos questions sans pour autant trop en dévoiler. Elle maintient le suspense sans pour autant nous lasser. Je n’en dirai pas plus sur ce point pour ne pas vous spoiler. 

EN BREF

L’autrice nous dépeint un monde post-apocalyptique effrayant de réalisme à l’aide d’un personnage féminin qui au fil des pages prend son envol et devient de plus en plus fort. Elle nous tient en haleine jusqu’à la dernière ligne. J’attends avec impatience la sortie du tome 2 pour avoir la réponse à certaines de mes questions restées en suspens.

C’EST UN PEU COMME

Le fléau de Stephen King : Un virus mortel met à mal l’humanité, une poignée de survivants tente de reconstruire un semblant de société.

Je suis une légende de Richard Matheson : Seul survivant d’une étrange épidémie, le héros doit échapper aux mutants « vampires » qui tentent de le tuer.

Les enfants de la cité de Simon Njami : Alors qu’ils passent la nuit dans une décharge, des enfants découvrent le lendemain la cité désertée par ses habitants.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :