Les voltigeurs de Gy

Le duvet presque invisible des nourrissons devient la douce brosse beige tachetée des enfants ; puis, à l’adolescente, surgit la coiffe de plumes.

AUTEUR : Ursula K.LE GUIN

GENRE : Science-Fiction

4eme DE COUVERTURE :

Dans les riches univers d’Ursula Le Guin, mille peuples habitent mille planètes, développant mille cultures. 

Sur la planète Gy, on n’accepte que ceux qui sont incapables de s’envoler dans les cieux. 

Chez les Obls, on se réinvente le langage avec de simples pierres et la révolte.

Et sur la base Sates, on a beau avoir échappé à une Terre détruite par la pollution, on garde la nostalgie du berceau originel…

POURQUOI CE LIVRE ?

J’ai reçu ce livre dans le cadre de mon partenariat avec les éditions ActuSF.

MON AVIS

Ce livre est un recueil de 7 nouvelles de l’autrice suivi d’un entretien avec David Meulmans, spécialiste de Ursula K. Le Guin.

Au travers de ses 7 nouvelles, on découvert un peu l’univers de l’autrice mais ce qui m’a marqué le plus dans ces différents textes c’est la qualité de ces descriptions. Elles sont d’une fluidité absolue, les mots coulent de source et on voit parfaitement ce que l’autrice nous dépeint.

Au cours de ce recueil, on passe d’un monde à l’autre tel un explorateur dans différents contrées où les différents autochtones nous sont présentés. Je vous donne ici mon avis sur mes préférés.

Les voltigeurs de Gy nous fait rencontrer un peuple où seul ceux qui ne volent pas sont acceptés. Ce don est prévu comme un handicap par la majorité de cette société et les gens de Gy ayant cette capacité doivent faire le choix de vol ou non. Prendre le risque d’assurer ce qui est perçu comme un handicap est vivre avec.

Première rencontre avec les Gorgonides nous présente la rencontre d’un couple avec des « bushmen ». Cette nouvelle pourrait très bien se passer dans un épisode d’X-Files. Je l’ai beaucoup aimé.

Le Kerastion. Ma préféré. L’autrice nous fait suivre Chumo de la caste des Tanneurs. Dans ce monde, les membres des différentes castes ne peuvent se toucher entre eux. Chumo fait la douloureuse expérience de ne plus pouvoir toucher son frère Kwatewa qui appartient à une autre caste. Car ici, les frères et soeurs de castes sont plus importants que ceux de sang. Le texte est très beau, très poétique même si les propos sont assez durs et sombres.

EN BREF

Même si je ne suis pas habituellement très fan des récits de science-fiction pur, j’ai été agréablement surprise. L’autrice maitrise parfaitement les descriptions, son style est fluide et agréable à lire. J’avoue cependant avoir eu du mal à comprendre où elle voulait en venir dans certaines nouvelles. Cela a été cependant une agréable découverte.

Vous pouvez le retrouver ici : Leslibraires ; Eyrolles ; Cultura ; Bookeenstore ; ActuSF

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :